Luminothérapie - La clinique du sommeil

Luminothérapie

L'influence de l’énergie lumineuse du soleil ou artificielle est utilisée dans le traitement de certains troubles du sommeil d’origine chronobiologique comme les décalages de phase, mais aussi dans la prise en charge "intégrée" de la dépression, de la fatigue, et même de certaines douleurs et de la dépression saisonnière automnale que l’on rattache à la réduction de la longueur des jours.

Inversement, il existe des lunettes de chromothérapie qui limitent l’effet éveillant de la lumière du matin à laquelle sont exposés les travailleurs de nuit qui vivent en contre phase de leur horloge de sommeil. Ils portent ces lunettes de vue spéciales, qui filtrent les couleurs les plus éveillantes de la lumière du matin (le bleu et le vert), et gagnent un sommeil de meilleure qualité.

La lumière du jour est directement éveillante. Elle améliore la résistance à la privation de sommeil et améliore les performances.

Ainsi, la luminothérapie, selon son heure d'utilisation, permet également d’influencer des rythmes chronobiologiques :

  • appliquée le soir, elle retarde la production de mélatonine et retarde le sommeil.
  • appliquée tôt le matin, elle avance l’heure d’endormissement en fin de journée.

 

La luminothérapie artificielle utilise des ampoules ou des panneaux lumineux. Elle doit être assez puissante (ou prolongée) et posséder un spectre similaire à la lumière blanche du matin.

"Hormone de la nuit" sécrétée par la glande pinéale, ou épiphyse, qui aurait une action inhibitrice sur les divers facteurs déclenchant la sécrétion des hormones hypophysaires. Sa sécrétion est variable, surtout nocturne, favorisant le sommeil ; elle est stimulée par la baisse d’intensité lumineuse.  Elle peut interférer avec le sommeil, les ronflements et  les apnées du sommeil.

L’horloge interne se synchronise à partir de l’information lumineuse externe (depuis le noyau suprachiasmatique de l’hypothalamus). La sécrétion nocturne de mélatonine est inhibée par l’exposition à la lumière.

La courbe de la mélatonine nocturne est un marqueur objectif du chronotype. Le pic maximal survient en début de nuit chez les "matinaux" et en fin de nuit chez les "couche-tard".

Cette courbe est plate ou même inversée dans les situations de déphasage chronobiologique ou de fatigue chronique.

NOUS JOINDRE

MONTRÉAL-LAVAL-LAURENTIDES
1-866-436-1006
MAURICIE-QUÉBEC
1-888-694-4242

INFO@LACLINIQUEDUSOMMEIL.COM

Inscription à l'infolettre

Inscivez-vous à notre infolettre pour obtenir une foule d'informations et de promotions!